Hoggy

« Hoggy » se perd. Entre la terre et le ciel, il ouvre des portes. Celles du rythme, des mots, de l’intensité ou de l’union. Les ponts se créent, fragiles et éphémères, puis se délitent, pour laisser place à de nouvelles alliances. Construire et déconstruire sans s’interdire, passer les barrages, ceux de la langue, de la connaissance ou de la maîtrise. Le son. Lui donner du sens, le modeler, le laisser dans les mains de celui qui écoute. Ceci n’est pas un voyage, ceci n’est pas une prestation, ceci est une trame initiatique.